Vous êtes ici : Accueil > Forum MEDays > Retour sur l’édition 2014


Retour sur l’édition 2015

MEDays 2015

Des Chocs à la Co-Emergence 

Novembre 2013. A Tanger, la grande famille des MEDays s’est retrouvée pour la sixième année consécutive, pour trois jours de débats sur les défis que les pays du Sud ont en partage : consolider l’acquis démocratique, lutter contre toutes les formes de  violence, progresser sur le chemin de la transition écologique et mieux partager les fruits du développement.

En quelques années, c’est une véritable communauté qui s’est mobilisée autour de ce projet si particulier : celui d’offrir au cœur du monde émergent, au croisement de l’Afrique, de l’Europe et du monde Arabe, un espace de dialogue ouvert et inclusif à l’ensemble des pays du Sud. Ce projet, c’est celui du forum MEDays.
L’impératif d’une nouvelle gouvernance mondiale résulte pour nous d’une nécessité ; alors que cette année encore, la résolution de la communauté internationale a été mise à rude épreuve, la voix du Sud dans le concert des nations se distingue d’abord par son absence.
A l’instar des deux précédentes éditions, le forum MEDays s'est tenue en 2013  dans un contexte très particulier à la fois à l’échelle globale de crise économique mondiale avec des signes forts de reprise souvent annoncés mais qui tardent à émerger ainsi qu’une scène régionale marquée par les lendemains encore très incertains des soulèvements populaires dits du Printemps arabe.
Cette double instabilité constituent donc le cadre général du phénomène constaté maintenant depuis une quinzaine d’années à savoir l’émergence des pays du Sud dont le Forum MEDays, en tant que plateforme, ambitionne de mettre en lumière les défis, les réussites, les difficultés des pays émergents à travers un certain nombre d’expériences dans des domaines tels que l’énergie, le développement humain, la bonne gouvernance ou encore la croissance économique en plus bien sur des enjeux géostratégiques dans la région MENA.
MEDays 2013 a voulu une nouvelle fois discuter de l’instabilité politique chronique constatée dans les pays touchés par les vagues du printemps arabe : Tunisie / Lybie / Egypte mais aussi sur la nouvelle donne géostratégique dans la région.
Les problématiques liées au continent africain ont également constitué un axe fort de l’édition 2013. L’idée principale fut d'aborder ce sujet via un triptyque : Sécurité / Gouvernance / Economie dans le sens où toute croissance économique durable n’est possible que si elle est inclusive c’est-à-dire la résultante d’une répartition des richesses dictée par la bonne gouvernance et bien évidemment au sein d’un environnement économique stable régie par des institutions.
Sur la thématique sécurité, MEDays a traité des enjeux énergiques comme nouveau paramètre de la sécurité globale. La consommation globale en constante hausse doublée d’une raréfaction des ressources font que la sécurisation des approvisionnements énergétiques un challenge crucial pour la majorité des Etats importateurs (économies développées mais surtout de plus en plus les pays émergents qui du fait du boom économique voient leur factures énergétiques explosées).
Par ailleurs, MEDays confirme en 2013 qu’il est un forum global de plus en plus ouvert aux enjeux internationaux puisque l’Institut Amadeus a également programmé un panel sur les tensions en Mer de Chine où il existe de nombreux litiges territoriaux entre la Chine et bon nombre de ses voisins dont le Japon, le Vietnam, les Philippines.
Sur les questions macro-économiques, une thématique particulière fut particulièrement à l’honneur : la régulation économique à l’échelle mondiale comme prérequis nécessaire à la croissance. Le poids économique du bloc émergent se veut de moins en moins négligeable ce qui amène à parler d’un glissement du nouveau centre de gravité de l’économie mondiale vers le Sud.  Ces derniers, du fait d’un impact direct sur leur économie, restent très attentifs aux soubresauts de la crise économique en Europe.

L’année 2015 a délivré une vérité fondamentale : le monde est à un tournant décisif de son histoire. L’émergence de foyers de tension dans plusieurs régions laisse présager une résurgence accrue de l’insécurité et de la violence mais aussi de la pauvreté et de l’inégalité. Si la croissance a repris après une crise financière sévère et que plusieurs pays émergents connaissent un dynamisme sans précédent, le monde reste aujourd’hui très instable, les richesses inégalement réparties, et l’avenir du monde de plus en plus menacé.

Afin de répondre aux défis soulevés par l’actualité mondiale et aux chocs provoqués par les évènements marquants de l’année 2015, le Forum MEDays, dans sa 8ème édition, a eu pour thème «Des Chocs à la Co-Emergence», dans le but de pouvoir apporter des éléments de réponses pertinents qui vont permettre de poser les fondations d’un monde plus stable.

Malgré un agenda international diplomatique particulièrement chargé (le Sommet de La Valette, le Sommet de Riyad, le Sommet du G20, la Conférence de Bani Yas et la Conférence de Dakar sur la Sécurité ont été organisés la même semaine), les MEDays 2015 ont rassemblé une communauté de responsables internationaux de premier plan. Dans une logique de diversification, l’Institut Amadeus a veillé à renouveler près de 60% des intervenants en comparaison avec l’édition précédente des MEDays.

En quelques chiffres, l’édition 2015 du Forum MEDays, a réuni près de 125 intervenants de haut niveau, des hauts responsables gouvernementaux (dont une trentaine de ministres et officiels étrangers) et décideurs économiques, venus de près de 80 pays. Le Forum MEDays, l’un des seuls évènements internationaux de ce niveau intégralement ouvert au public, a rassemblé en 2015, plus de 3500 participants sur les 4 jours, dont près de 1500 étudiants marocains, et 120 journalistes nationaux et étrangers.

La pertinence des thématiques abordées et la qualité des échanges, jugés de très haute tenue, par les observateurs, les médias et les participants, ainsi que l’expertise reconnues des décideurs ont permis une très large diffusion, nationale et internationale, des retombées et des échos des MEDays 2015. Comme à l’accoutumée, le Forum MEDays a été l’occasion de mettre en exergue, directement ou indirectement, les Orientations, Initiatives et Visions Royales novatrices (Sahara, Afrique, Coopération Sud-Sud, Migration, Développement Humain intégré, réforme du champs religieux et lutte contre l’extrémisme violent, etc.), à travers les thématiques choisies, la mise en avant de certaines personnalités et les interactions en parallèle du Forum.

L’édition 2015 des MEDays, s’inscrivant dans l’esprit opérationnel du Forum, a démontré une fois de plus la capacité du Forum à servir au plus près et de manière tangible et réelle les intérêts du Royaume. La mise à l’honneur du Rwanda, à travers la participation de son président Paul Kagamé lors de la 8ème édition du Forum MEDays, au-delà de servir, sur le court terme, le rapprochement entre les deux nations, a permis de jeter les premiers jalons d’un dessein plus large pour le Royaume. En effet, la visite officielle du Président Kagamé au Maroc, en juin 2016, à l’invitation de SM le Roi Mohammed VI, quelques mois après les MEDays, a définitivement concrétiser ce rapprochement, qui a permis au Maroc d’enclencher, depuis le Sommet de Kigali, le processus de réintégration tant attendu du Maroc au sein de sa « famille institutionnelle », l’Union Africaine.

 

Sur une autre note, le Forum MEDays a été directement impacté par les Attentats de Paris du 13 Novembre. Initialement dédiée aux questions géopolitiques, dont le terrorisme, la dernière journée du Forum a essentiellement été consacrée aux évènements tragiques survenus dans la capitale française. A cette occasion, les médias nationaux et internationaux, ont très largement profité de la présence à Tanger, de responsables et experts pour traiter, couvrir et commenter la sombre actualité parisienne et la lutte globale contre l’« Etat Islamique ». Par ailleurs, sur les questions économiques et sociales, l’Afrique a été mis à l’honneur avec 10 sessions dédiées qui ont traité des problématiques africaines et des opportunités de développement et d’investissement sur le continent.